« Language exerts hidden power, like a moon on the tides. »

Un silence presque lunaire et en même temps bercé par la terre flottant immaculé situé à l’aube de l’éternité comme si tout avait été envahi dépouillé comme si tout s’était endormi sans aucun trouble que personne n’oublie ne cherche ne manque mais n’apprécie que dans le relatif le rapporté le réfléchi que seuls nostalgie espoir caressent doublent subliment bien mieux qu’aucune influence pathique sans aucune distinction de bon de mauvais seulement de beauté de puissance de nécessité coeurs des âmes de l’insaisissable accroché à ce pneu pendu fond fin jardin doucement bercé par quelque chose de divin infini chaotique luisant sur un reflet implacable où chacun voudrait mourir longtemps lentement comme une profondeur infatigable un plaisir impardonnable confusion de pureté original incompris insurmontable rêve de survoler cette étendue recoins de points de vue au creux à l’abîme la rencontre du grand piège du petit silence dérangé fécond déraciné.

Publicités

~ par knalu78 sur dimanche 17 octobre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :