Ainsi va le vague à l’arme

« Tous nous serions transformés si nous avions le courage d’être ce que nous sommes »

Ou d’être ce que nous avons choisi d’être, sans le savoir, en l’ayant voulu. Croire en l’amour de Dieu plus qu’en Dieu, avoir foi dans la foi, sans distorsions, sans la pourriture ambiante, la méprise contemporaine, le vide virtuel. Si c’était ça, ce courage de vivre par soi et pour soi, en s’écoutant, en regardant les autres s’écouter eux-mêmes, sans accabler, sans envier. Ce courage fait peur, rebute, agace, sans même qu’on sache vraiment ce qu’il est et ce qu’il peut. Juste parce qu’on le chiffonne en avance, en se déguisant de choses inutiles donc indispensables. Car, rien n’est grave, tout passe ; car

« toute destinée, si longue et si compliquée soit-elle, compte en réalité un seul moment : celui où l’homme sait une fois pour toutes qui il est »

Une fois pour toutes les destinées ? Un seul moment qui les changerait tous ? Même toutes les destinées passent et s’effacent. L’oubli est un mal nécessaire ; sans lui nous aurions déjà atteint le divin. Et l’on se plaît dans cette condition si sublime mais si misérable, qui occupe quelques hommes alors qu’elle en vide d’autres ; que même le silence n’arrive plus à anéantir. Parce que l’on écoute plus le silence.

« vivre de telle sorte qu’il te faille désirer revivre »

Et qu’on ne sait même plus ni quoi ni pourquoi revivre. Ainsi vont les hommes s’en vont en nous laissant le choix des larmes.

Publicités

~ par knalu78 sur jeudi 13 mai 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :