Saez • Varsovie – L’Alhambra – Paris

Quatre années après son dernier album, Debbie, Damien Saez revient avec un triple album, dit acoustique. Il a su nous faire languir, mais les 29 titres, fruits de cette longue attente, l’excusent – ils se répartissent entre Varsovie, L’Alhambra et Paris. Deux capitales et un monument. Peut-être l’intention de se faire entrechoquer les cultures, avec ce choix de lieux tellement chargés d’histoire.

En tout cas, ce que fait bien s’entrechoquer Saez, ce sont ses textes forts, incisifs, et des notes simples, nues. Justement, le caractère acoustique semble sublimer ce chagrin sombre et profondément mélancolique que nous rapporte le jeune homme. Et de quelle voix.

Une voix à la fois fébrile et puissante qui ne l’a toujours pas quitté. Une voix douloureuse, parfois grave, souvent aigue, toujours plaintive, qui évoque la religion (ouvrant l’Alhambra sur Chanson pour mon enterrement), son temps et la solitude (L’abattoir), son temps et l’enfance volée (Le cavalier sans tête), la vie décadente (Anéanti), tout en abordant la déchéance amoureuse (tantôt décidée dans Quand on perd son amour – tantôt subie dans Que tout est noir et Je suis perdu – tantôt interrogée dans Des marées d’écume) parfois rattrapée par des lueurs d’espoir en suspens (S’en aller), ou encore le pouvoir et la prostitution ça et là. Son premier titre gratuitement diffusé, Jeunesse lève-toi, rappelle que le français ne s’oublie pas au spleen et sermonne l’engagement, mais laisse toutefois un arrière-goût de Noir Désir. Si si, comme remarqué sur Rock’n’France, le morceau qui ouvre Paris ressemble trait pour trait à Le vent nous portera (souvenons-nous).

Ce triple album, à la fois homogène et composite dans sa structure, ne devrait pas conquérir de nouveaux fans, aux vues des thèmes abordés par Saez et de la manière dont il déroule ses compositions. Mais les habitués eux, bien qu’un peu déroutés aux premières écoutes, seront ravis (à la longue) de pouvoir l’écouter dans un silence des plus religieux.

« Je suis le Christ, et toi tu es ma croix. Et ça fait rire, et ça fait rire. […] Je suis le Christ, juste un con planté là, d’avoir trop aimé son hôte. »


Varsovie, Disque 1, 2008

Saez - Varsovie1. Varsovie
2. Ceux qui sont en laisse
3. Je suis le Christ
4. Que tout est noir
5. Dis-moi qui sont ces gens
6. Goraszewska
7. Je suis perdu
8. Anéanti
9. On meurt de toi

L’Alhambra, Disque 2, 2008

Saez - L\'Alhambra1. Chanson pour mon enterrement
2. Au-delà du brouillard
3. Au-delà du brouillard Theme
4. Je cherche encore
5. Les bars du port
6. A l’Alhambra
7. Quand on perd son amour
8. L’abattoir
9. On s’endort sur des braises
10. Tango

Paris, Disque 3, 2008

Saez Paris1. Jeunesse lève-toi
2. S’en aller
3. On n’a pas la thune
4. Alice
5. Le cavalier sans tête
6. Putain vous m’aurez plus
7. Des marées d’écume
8. Intro
9. Toi tu dis que t’es bien sans moi
10. Kasia

Publicités

~ par knalu78 sur vendredi 25 avril 2008.

Une Réponse to “Saez • Varsovie – L’Alhambra – Paris”

  1. Je marche dans des villes où des âmes sans nom me fredonnent le tien
    Des concerts en sourdine où je chante ton nom pour oublier le mien
    Pour oublier un peu que toi tu n’es pas là quand l’hiver se fait rude
    Que je n’ai plus que moi avec qui partager ma propre solitude
    Je marche sous des cieux qui me rapellent un peu la couleur de ta flamme
    Quand le rouge et le bleu donnent aux amoureux des beautés océanes
    Moi je fuyais l’amour parce que j’avais trop peur, oui trop peur d’en mourir
    Mais à trop fuir l’amour c’est l’amour qui nous meurt avant que de nous fuir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :